top of page

Rare Stuff, a novel
Published August 1st, 2022

“Like the overstuffed suitcase that Sid Zimmerman finds of her dead father’s stashed-away arcana, Rare Stuff holds several things at once—an homage to Melville, a paean to New York City past and present, and, at the same time, a cri de coeur for preserving the natural life of our planet.” —David Wright Faladé, author of Black Cloud Rising, and Fire on the Beach: Recovering the Lost Story of Richard Etheridge and the Pea Island Lifesavers.

 

“In this richly imagined novel, Brett Ashley Kaplan skillfully and playfully moves between points of view, incorporating journal entries, novel excerpts, book reviews, and nuanced environmental commentary. Following a vivid cast of characters which includes a young photographer documenting interracial couples, a Guadeloupean Jewish Melville scholar, a disappeared amateur cetologist, and even Yiddish speaking whales, this inventive novel takes us on a wild adventure from the urban streets of New York’s East Village to the depths of the sea. Tender, confident and bold, Rare stuff brims with vitality.” Ayelet Tsabari, author of The Art of Leaving

 

“Rare Stuff is a beautiful, bewitching novel built on interlocking stories: a cosmopolitan photographer named Sid, grieving the death of her father, finds an unfinished manuscript and a suitcase full of clues about the long-ago disappearance of her mother. We follow Sid on a breathless search for her mother, and we dive deep into her father’s unfinished adventure tale, in which Yiddish-speaking whales and a bold teenage girl set out to save the world. By the book’s close, I had become friends with its characters: I wanted to jump into fast-paced conversations about life and literature with Sid, Andre, Dorothy, Aaron, and Sol, and I wanted to take part in the extraordinary multi-generational (and multi-species) community they built together.  Rare Stuff tells the story of the very best adventure: the quest we all undertake to understand and care for our parents, our children, and the world we share together.” Jamie L. Jones, author of Rendered Obsolete: The Afterlife of U.S. Whaling in the Petroleum Age

L'anxiété juive et les romans de Philip Roth
Publié le 26 février 2015

« Dans Jewish Anxiety and the Novels of Philip Roth, Brett Kaplan propose une réévaluation opportune de la notion d'« anxiété juive ». La fiction de Roth, soutient brillamment Kaplan, expose une contradiction essentielle dans la vie morale juive contemporaine, souvent déplacée dans ses représentations de la race, du genre et de la sexualité. En allant au-delà du récit conventionnel de la façon dont Roth revient au milieu du siècle passé - comment les Juifs dont Roth parle sont motivés par la peur que l'antisémitisme puisse à nouveau victimiser les Juifs comme des millions l'étaient dans l'Holocauste - Kaplan engage Roth dans l'histoire en cours. Elle découvre dans sa fiction une anxiété antithétique chez les Juifs qui sont confrontés à la façon dont les actions juives pendant le conflit israélo-palestinien peuvent victimiser les autres. La perspicacité historique exceptionnelle de Kaplan lui permet de discerner dans la politique des romans de Roth les multiples façons dont le Juif contemporain peut éprouver l'ambivalence morale. Le livre de Kaplan va changer la façon dont les lecteurs pensent de Roth et des Juifs. » –  Debra Shostak, professeur Mildred Foss Thompson de langue et littérature anglaises, The College of Wooster, États-Unis

« Il s'agit d'un livre perspicace, perspicace et provocateur qui offre des lectures fraîches et convaincantes de nombreuses œuvres clés de Roth. Kaplan a beaucoup lu et réfléchi attentivement aux tensions qui animent le travail de Roth et son étude sera très précieuse pour les universitaires et les étudiants. –  David Brauner, professeur de littérature contemporaine, Université de Reading, Royaume-Uni

« Cette étude engageante de la double anxiété dans l'œuvre de Roth – liée à la victimisation et à la perpétration – innove dans son analyse de sa fiction. En élargissant la nature complexe de l'anxiété et en la liant à la race et à l'histoire, Kaplan montre avec succès les stratégies de Roth pour faire face à la double contrainte complexe de ses personnages. –  Ira B. Nadel, professeur d'anglais, Université de la Colombie-Britannique, Canada

«Jewish Anxiety and the Novels of Philip Roth suggère que l'œuvre de Roth montre l'urgence nécessaire pour examiner les préoccupations sociales et culturelles centrales telles que la race, le sexe, le capitalisme, le terrorisme et le génocide. Ces problèmes universels sont liés à des individus uniques aux prises avec une angoisse accablante de victimisation et de perpétration. … Comment Kaplan relie-t-il le souvenir à l'héroïsme des personnages de Roth qui s'exprime dans une rébellion presque psychotique contre le fait de passer à autre chose ? La lutte avec soi et avec l'acculturation crée-t-elle une option pour se souvenir et inaugurer une nouvelle forme de pertinence et de responsabilité historiques ? En relation avec The Human Stain, Kaplan écrit spécifiquement que Roth développe une vision sombre et selon elle notre appartenance au monde est révélée par la tache : « il n'y a aucun espoir de rédemption ou de réconciliation. Roth démontre ainsi comment nous sommes tous souillés du sang de notre passé et de l'immobilité de ce passé. –  Études de Philip Roth

Plaisir esthétique beauté non désirée dans la représentation de l'Holocauste
Publié  2007

« La position de Kaplan selon laquelle le travail de mémoire est enrichi par le plaisir esthétique offre une nouvelle perspective dans un domaine qui souligne à l'inverse comment les témoins de la deuxième génération sont attirés par le désir de ressentir l'horreur de l'Holocauste afin de maintenir son héritage. Ses lectures astucieuses de la relation entre la mémoire, le deuil et le témoignage de l'Holocauste ainsi que le christianisme  fournissent des aperçus précis de l'intersection entre le traumatisme et les complexités esthétiques de l'œuvre d'art. Unwanted Beauty est une contribution significative non seulement pour les spécialistes de l'Holocauste, mais aussi pour ceux qui s'intéressent à l'interaction entre l'esthétique, le témoignage et la violence historique. -- Eric Kligerman, Women's Studies Quarterly

"Une méditation provocatrice sur un sujet tendu... une lecture essentielle pour les universitaires et les artistes à la recherche de la frontière impossible entre ce que Susan Sontag a appelé un "plaisir facile" dans la contemplation de l'atrocité et le potentiel éclairant de l'esthétique. Kaplan va au-delà ce que les spécialistes de l'Holocauste ont appelé la «crise de la représentation», et au-delà de la diabolisation répandue de la beauté dans l'art à propos de l'Holocauste, pour montrer qu'une beauté «non désirée» ou dérangeante peut conjurer l'oubli et que le plaisir n'a pas besoin d'empêcher la compréhension. -- Marianne Hirsch, Université Columbia

 

"Sonde plus profondément, plus perspicacement que n'importe quel ouvrage que je connaisse, les questions d'esthétique qui ont simultanément frustré et façonné notre étude de l'art et de la littérature de l'Holocauste. Profondément informé par des débats philosophiques séculaires sur le plaisir mimétique, Kaplan apporte également une nouvelle et un œil attentif sur l'art et la littérature contemporains. Écrit avec grâce et lucidité à part entière, son argument pour plus de représentation et de beauté, pas moins, pousse toute la conversation à un niveau encore plus élevé et plus stimulant. Je le recommande de tout cœur. -- James E. Young, auteur de La texture de la mémoire

 

"Aborde de front le problème épineux de la façon de représenter le traumatisme historique dans l'art. Les cinq chapitres écrits avec lucidité de Kaplan sur les écrivains canoniques de l'Holocauste, les artistes et les débats clés sur la représentation de l'Holocauste sont provocateurs et méticuleusement exécutés." -- Ulrich Baer, auteur de Spectral Evidence: The Photography of Trauma

"Ce livre est un ajout gracieusement écrit au discours croissant sur l'anxiété esthétique en relation avec la représentation d'atrocités et d'événements traumatisants tels que la guerre, le génocide, la famine, les ouragans et d'autres formes de catastrophes naturelles ou de violence d'origine humaine. . . . Le texte de Kaplan aborde un sujet vaste et ambitieux qui a aujourd'hui des implications vastes et importantes." --  H-Allemand  

 

"Face à l'énormité des questions posées par l'Holocauste, il est inévitable que nous éprouvions la difficulté de comprendre... Kaplan affronte l'inévitable difficulté de comprendre et nous rappelle que si jamais nous cessions d'essayer, nous serions effectivement perdus. " -- Arts et  Christianisme

bottom of page